201505.25
1

Entretien : équilibre vie pro / vie privée

Aborder l’équilibre vie professionnelle/vie privée, n’est plus chose nouvelle depuis que la génération des 25/35 ans s’est emparée du sujet. Mais que cache cette demande ? Qu’est-ce qu’elle dit de vous ? Est-elle encore d’actualité ?

S’il était impensable dans les années 80 d’évoquer ce « besoin » auquel pourtant tout le monde aspirait, la génération décomplexée des trentenaires l’arbore comme une bannière, et non seulement les femmes pour aménager un emploi du temps de mère de famille, mais aussi les hommes, jeunes et sans charge de famille.

Que cache cette demande ?

– Une peur ? La peur d’un engagement inconditionnel dans ce qui est censé être une « machine à broyer », à savoir l’entreprise ?

– Une crainte ? Celle d’être totalement absorbé par son travail, au point de pas pouvoir s’aménager du temps pour soi, ou pour l’Autre, ou pour la famille (enfants, parents…) ?

– Une menace ? Qui pousse à marquer son territoire pour ne pas être attaqué sur ce terrain-là, du style : « Vous ne m’aurez pas », « Je ne suis pas corvéable à merci comme mes parents », « Je ne me laisserai pas asservir, moi ! »

– Un manque de réalisme ? Peut-être, car évoqué ou non, le temps de travail est strictement régi par un dispositif législatif que les entreprises respectent. Si le poste le nécessite, les aménagements de temps de travail (contraintes, horaires aménagés, astreintes…) sont clairement stipulés dans l’annonce. A vous de savoir si cela vous convient ou pas et de postuler en connaissance de cause.

– Un défaut de confiance ? Vraisemblablement. L’entreprise, ce n’est ni plus ni moins que des hommes et femmes à qui l’on peut faire part d’un besoin passager de temps, qui peuvent l’entendre, le comprendre, l’accepter ou le refuser selon la raison évoquée et la charge de travail par ailleurs.

– Un changement de valeurs ? Pas si sûr, car si la demande est évoquée en début de carrière comme une provocation infantile, elle tombe vite dès lors que l’intérêt du poste, les responsabilités, la variété des missions ou l’ambiance de travail viennent réfréner les appréhensions préalables.

– Un paradoxe ? Oui bien sûr. Il est étrange d’entendre certains candidats réclamer comme un dû cette balance, et dans le même temps se plaindre de « galérer » à trouver un emploi.

La pression existe dans l’entreprise, liée à l’organisation, à l’accélération des temps, à la pression du chiffre, aux impératifs de délais et aux injonctions de tous poils.
Mais est-ce la vocation de l’entreprise de prendre en compte votre temps personnel ? N’est-il pas de votre responsabilité de prendre soin de vous, de choisir votre vie professionnelle en fonction de ce que vous voulez ETRE et non seulement FAIRE. Cela suppose que vous fassiez un choix entre : avoir du temps et autre chose, comme : avoir des responsabilités, un salaire important… Certains font ce choix et l’assument.

– Une maladresse ? À coup sûr. Évoquer la balance vie professionnelle / vie privée peut sembler indiquer que vous n’assumez pas vos choix et que vous souhaitez tout avoir à la fois, sans renoncer à rien.

Cette demande a-t-elle encore du sens ?

Revisiter son emploi du temps peut être important à certains moments de sa carrière ou de sa vie : pour reprendre des études, pour faire face ponctuellement à un bouleversement familial (naissance, enfants ou parents à charge) ou personnel (maladie, projets, solidaires ou pas, préparation à la retraite …) et vous saurez le négocier en temps voulu avec votre manager.

Mais sinon, un conseil : N’en parlez pas ! Laissez vos craintes de côté, misez sur le bon sens, le respect de la Loi et l’intelligence de vos futurs employeurs.
À l’ère du travail collaboratif, l’équilibre dans la vie professionnelle peut se faire en inventant de nouvelles formes de contribution qui vont vous libérer du temps ou vous permettre de penser autrement.